Comment la Business Intelligence transforme-t-elle le contrôle de gestion ?

La transformation digitale concerne toutes les fonctions de l’entreprise, et le contrôle de gestion ne fait pas exception.

Confronté à une volumétrie de données croissante, à une accumulation des reportings et à bien d’autres défis, le métier doit répondre à d’importants besoins de modernisation et d’optimisation.

Dans ce contexte, l’association de la Business Intelligence et du contrôle de gestion devient incontournable, avec des conséquences non négligeables sur la profession.

Des données plus sûres et plus fiables

La data joue un rôle central dans le métier du contrôleur de gestion. De la collecte à l’analyse, en passant par l’extraction, les données sont omniprésentes dans son activité quotidienne.

Dans ce contexte, la fiabilité des données est primordiale pour lui permettre d’effectuer des analyses pertinentes. En lien avec la DSI, le contrôleur de gestion doit œuvrer pour la mise en place d’une véritable politique de « data governance », afin de gérer l’infrastructure des bases de données et leurs contrôles d’accès.

La mise en place d’un projet de Business Intelligence est également un excellent moyen de garantir la propreté et l’homogénéité de la data. En effet, la BI s’articule en quatre étapes clés : la collecte, l’intégration, la distribution et enfin la restitution des données. Cette architecture particulière permet de rationaliser la data, mais aussi de la nettoyer et de l’auditer régulièrement. Le contrôle de gestion pourra ainsi exploiter tout son potentiel.

Une data enrichie pour améliorer la prise de décision

Historiquement, le métier du contrôle de gestion se limitait aux données internes de l’entreprise. Ces dernières, bien qu’elles conservent un rôle capital, peuvent aujourd’hui être enrichies avec des données externes, grâce à la Business Intelligence.

Chiffres d’affaires et parts de marché des concurrents, carnets de commandes, volumes de fabrication, informations logistiques… La data est de plus en plus ouverte et accessible, permettant de compléter les analyses du contrôleur de gestion et donc d’améliorer la prise de décision au sein de l’organisation. 

Les outils de Business Intelligence sont d’ailleurs capables d’agréger au mieux ces données multiples, y compris si elles proviennent de sources distinctes. Ainsi, le contrôleur de gestion ne se contente plus de mesurer les KPI financiers indispensables pour l’entreprise : il peut aller plus loin en exploitant toute la richesse de la data à sa disposition.

Le contrôleur de gestion : un véritable partenaire

Avec l’avènement de la Business Intelligence, le rôle du contrôleur de gestion connaît une mutation sans précédent.

Traditionnellement, le contrôleur est perçu comme un technicien, chargé de produire des chiffres et d’évaluer les activités des différents services de l’entreprise. Il fait également office de « garde-fou », en limitant les dérives budgétaires.

Mais les choses sont en train de changer. Aujourd’hui, les dirigeants attendent des contrôleurs de gestion qu’ils soient capables d’appréhender leurs prises de décision, tout en évaluant les risques liés. Ils doivent également être en mesure d’accompagner les profils opérationnels vers l’atteinte de leurs objectifs. Enfin, ils doivent être force de proposition et apporter de nouvelles idées pour le pilotage de la performance de l’entreprise.

Ainsi, le contrôleur de gestion de demain n’est pas un technicien ni un gardien du temple, mais bien un véritable partenaire des dirigeants et des managers opérationnels.

Des process plus simples et plus efficaces

Avec son nouveau rôle de « business partner », le contrôleur de gestion est aujourd’hui directement impliqué dans les prises de décisions et travaille main dans la main avec les différents services de l’entreprise.

Justement, les outils de visualisation des données et de Business Intelligence sont des alliés de taille pour mener à bien cette mission stratégique. En effet, ils permettent d’exploiter tout le potentiel de la data afin d’accompagner les décideurs dans leurs choix, mais aussi d’apporter une vision différente à la société.

Ainsi, de nouveaux process ont fait leur apparition, à commencer par les rolling forecasts. Ces prévisions financières, qui permettent de prédire les performances futures de l’entreprise en s’appuyant sur les données existantes, sont de plus en plus utilisées par le contrôle de gestion.

Malgré tout, de nombreuses organisations continuent d’utiliser Excel pour leurs reportings. Bien que puissant, ce logiciel montre rapidement ses limites, comparé à un outil de Business Intelligence aux fonctionnalités poussées. Du bilan financier à la planification budgétaire, la BI permet de simplifier les process, mais aussi d’améliorer sensiblement leur efficacité.

Avec la Business Intelligence, le contrôle de gestion devient plus agile et plus réactif, apportant un véritable avantage concurrentiel à la société.

Une meilleure transmission de l’information

En présentant des indicateurs financiers dans des tableaux de bord dynamiques, le contrôleur de gestion peut fournir aux dirigeants des conseils encore plus pertinents, et surtout plus impactants. En effet, l’un des atouts de la Business Intelligence est sa capacité à transformer des données complexes en informations compréhensibles par tous.

L’intégration de données enrichies dans les analyses du contrôleur de gestion peut également l’aider à remplir son rôle de conseiller et de partenaire du top management. Ici, la BI est un outil précieux pour repérer de nouvelles opportunités, faire évoluer le modèle économique de la société et augmenter globalement sa performance.

Nous l’avons vu, le contrôle de gestion ne consiste plus seulement à limiter les dépenses et à rendre des comptes : la gouvernance des activités et des ressources disponibles occupe aujourd’hui une place importante dans cette fonction. Grâce aux outils de Business Intelligence, le contrôleur de gestion peut donc identifier les données les plus pertinentes, mais surtout transmettre efficacement l’information.

Il doit également tenir compte des évolutions apportées par la BI au sein de la Direction Financière. De la facturation à la comptabilité, en passant par les commandes clients, de plus en plus d’opérations s’effectuent maintenant en temps réel. Une nouvelle donne qui nécessite toujours plus d’agilité et d’adaptation, afin d’assurer un reporting pertinent en toutes circonstances.

Un gain de temps précieux

Dernier point, et pas des moindres : l’adoption d’un outil de Business Intelligence permet au contrôleur de gestion de gagner un temps non négligeable dans ses opérations quotidiennes.

Récolte, extraction, traitement, consolidation des données… Des tâches qui peuvent s’avérer particulièrement chronophages, surtout si elles sont effectuées avec un logiciel inadapté comme Excel. Et la situation est d’autant plus problématique que les volumes de data à gérer ne cessent de croître.

Comme en témoigne Christine CARRACO​, contrôleuse de gestion à la mairie de Rueil-Malmaison, l’adoption d’un outil BI comme DigDash Enterprise offre un gain de temps conséquent :

« Jusqu’ici, nous devions extraire les données de Business Objects et les copier dans Excel pour faire nos analyses. Nous étions arrivés à la limite de cette méthode, il y avait beaucoup trop de manipulations. Aujourd’hui nous consolidons les données issues de diverses sources dans DigDash​. »

Pour le contrôleur de gestion, la BI est donc une véritable opportunité de se libérer des tâches rébarbatives, à commencer par l’extraction et la consolidation des données, mais aussi la conception des reportings les plus basiques.

Il peut ainsi se focaliser sur l’analyse approfondie de la data, tout en jouant pleinement son nouveau rôle de conseiller auprès des dirigeants. De quoi donner un nouveau sens à son métier et contribuer à son épanouissement personnel et professionnel.

 

Grâce à la Business Intelligence, le métier de contrôleur de gestion est en pleine mutation. Plus agile, plus réactif, il peut désormais s’appuyer sur des données fiables et enrichies qui facilitent son travail au quotidien. Équipé d’un outil de visualisation des données, il devient un véritable prescripteur d’informations, mais aussi un conseiller de premier plan pour le top management. Enfin, le contrôleur de gestion de demain est un professionnel épanoui et valorisé, qui peut consacrer plus de temps au cœur de son métier : l’analyse et le conseil.

x

WEBINAIRE du 8 décembre | RDV à 11h00 | 1h pour découvrir notre solution

Date : 08/12/2022 Durée : 1h